Qui n’a jamais été victime du fameux dossier “je m’en occuperai plus tard”. Celui qui traîne dans un coin de votre bureau, que vous n’osez même plus regarder. Parfois, vous osez l’attraper, et puis, finalement c’est plus fort que vous il reprend aussitôt sa place de délaissé. Pire encore, ces lignes de to-do list qui s’ancrent des mois durant sur votre feuille et que vous ne vous décidez jamais à rayer. Angoisses garanties !
Tout ceci se définit par un mot : la procrastination. Par définition, procrastiner c’est remettre au lendemain ce que vous pourriez très bien faire aujourd’hui.
Nous sommes nombreux à être victime de procrastination aiguë, en entreprise, à la maison, en amitié, etc. Dans le cadre du travail, que l’on soit dirigeant, manager, employé ou free-lance, cela peut avoir un réel effet néfaste sur notre bien-être. Nous avons l’impression de stagner, de mal accompagner nos équipes, de ne jamais venir à bout de certaines tâches, etc.
Qu’on se rassure, il existe des solutions pour se libérer du poids de la procrastination, pour travailler plus efficacement et arrêter de tout remettre au lendemain ! On vous dévoile sept conseils !

Procrastiner au travail : affronter et comprendre

La peur est l’un des facteurs principaux de la procrastination. Lorsque l’on remet à plus tard quelque chose c’est souvent qu’elle nous procure du stress, qu’on ne se sait pas comment l’aborder. On s’accorde finalement un délai de répit avant l’affrontement tant redouté. Une des solutions est de ne pas fuir cette peur mais d’essayer de comprendre pourquoi elle existe. On peut redouter de ne pas savoir comment s’y prendre, de ne pas avoir le temps, de ne pas comprendre ce qu’on attend vraiment de nous, etc. En comprenant votre peur, il est plus simple d’aller au-delà et d’adopter le comportement adéquat pour briser les barrières.
En tant que manager il est par exemple parfois difficile d’organiser un point avec un membre de l’équipe ou une réunion de travail. Vous pouvez avoir peur de sa réaction, de mal passer un message. Prenez du recul et tranquillement, essayez de trouver les mots appropriés pour ce type de profil. Vous verrez, vous vous sentirez tellement plus léger ensuite !

Prendre confiance en soi et accepter ses limites

Procrastiner est donc souvent lié à une angoisse qui peut provenir d’un manque de confiance. Lorsque l’on perd confiance en soi, cela peut vite devenir un calvaire, nous tétaniser. On remet de plus en plus souvent des tâches à plus tard de peur de ne pas savoir les faire correctement et de ne pas obtenir la satisfaction de notre entreprise. C’est pourquoi, pour lutter contre la procrastination, il est primordial de prendre le problème à la source et de reprendre confiance en son travail. Pourquoi en êtes-vous arrivé là ? Pourquoi avez-vous perdu confiance en vos compétences ? Quelles sont les solutions qui peuvent vous aider à vous sentir mieux ? Avez-vous besoin de formation professionnelle pour vous sentir plus à l’aise ? Tant de questions qui vous aideront très certainement à trouver une solution et à aller de l’avant !

Se débarrasser au plus vite des tâches redoutées

Une bonne solution pour ne pas subir la pression quotidienne de la procrastination est tout simplement de vous débarrasser au plus vite des tâches les moins appréciées. En vous motivant vous vous rendrez souvent compte qu’elles n’étaient pas si terribles et même plutôt rapides à réaliser. De plus, plus vous attendrez, plus ces tâches vous paraîtront insurmontables et d’autant plus horribles. Alors autant vite pouvoir les oublier !

Diviser en plusieurs tâches celles qui vous paraissent insurmontables

Il est parfois plus simple d’aller au bout d’une tâche en la divisant en plus petites étalées dans le temps. Rien de plus simple, il vous suffit de décortiquer, prioriser et programmer ! Attention toutefois, l’idée n’est pas de procrastiner de nouveau sur ces tâches plus petites au risque de ne jamais sortir de ce cercle vicieux !

Essayer de rendre la tâche plus sympathique

Il y a la peur oui, mais nous avons tendance aussi à remettre à plus tard des tâches car elles sont purement et simplement… ennuyantes ! Ennuyantes et parfois non prioritaires. Il n’y a donc aucune urgence à les faire mais elles restent là, comme une épée de Damoclès au-dessus de votre tête, et vous savez que vous n’aurez pas le choix que de vous lancer. Pour atténuer le calvaire, essayez de les rendre plus sympathiques à réaliser : armez-vous d’un casque et faites-les en musique, proposez à vos collaborateurs de les faire en équipe, cherchez des outils qui pourraient vous simplifier le travail, etc. Vous verrez, vous en arriverez à être plus efficace et plus rapide au travail !

Arrêtez de compter sur les autres

Qui ne s’est jamais dit “si je ne le fais pas les autres vont bien finir par s’en charger”. Malheureusement c’est tout d’abord souvent faux, mais en plus vraiment pas agréable pour vos collègues. Il vaut mieux assumer plutôt que faire subir votre procrastination aux autres. Cela pourrait beaucoup affecter vos relations avec vos collaborateurs et porter préjudice à votre travail. Ne devenez pas victime de vos peurs, affrontez-les, les choses ne s’en passeront que mieux pour tout le monde !

Se lancer et s’organiser !

Finalement, le plus dur est souvent de se lancer ! Une bonne organisation vous facilitera les choses. Pour cela, il existe une multitude de techniques pour vous aider et vous débarrasser une bonne fois pour toute de la procrastination : la méthode Pomodoro, le bullet journal, se fixer des objectifs SMART, etc.

 

A lire aussi :
Rentrée 2018 : 3 étapes pour gérer le stress au travail
La routine au travail, faut-il la combattre ?
Slow management, cohoming, flex office… Le lexique des novelles tendances au travail