Avez-vous remarqué comme il était facile de râler, d’imputer aux autres une situation compliquée, voire à l’univers qui a décidé que ce n’était « pas votre jour » ? En effet, rejeter systématiquement la faute sur quelqu’un d’autre ou se trouver des circonstances atténuantes est une solution bien plus confortable que d’assumer ses responsabilités. Pourtant, ce n’est ni productif, ni utile pour votre bien-être. Voici quelques solutions pour arrêter de subir sa vie et prendre le chemin de la responsabilité.

 

1 – Pourquoi préfère-t-on blâmer les autres ?

Râler est un exutoire à la colère et à l’inconfort qu’une situation nous fait ressentir. Pointer du doigt nous donne alors la sensation de reprendre temporairement le contrôle, ce qui réduit cet inconfort. De plus, en attribuant nos échecs à l’environnement extérieur, on a tendance à protéger notre ego qui a parfois un peu de mal à se remettre en question.

Cependant, plutôt que nous engager à trouver des solutions pour débloquer la situation, cette technique nous enferme dans le reproche et finit par augmenter le stress et la mauvaise humeur, sans jamais résoudre aucun problème.

 

2 – Recentrer les situations vers soi

Le premier pas vers la prise de responsabilités consiste à reformuler les problématiques du quotidien différemment. Plutôt que « Mon manager n’arrête pas de me rajouter du travail, je n’ai plus le temps pour rien », pensez : « Je devrais lui expliquer ce que je ressens, apprendre à dire non plus souvent, voire changer ma méthode de travail pour mieux m’organiser ». En adoptant cette nouvelle vision, moins centrée sur les autres et davantage sur vous, il sera alors plus facile d’initier un changement.

 

3 – Accepter une part d’incontrôlable

Si assumer ses responsabilités consiste à prendre en main ce que l’on peut faire pour changer une situation, cela revient aussi à accepter que certaines choses échappent à notre emprise. Notre âge, notre sexe, notre milieu social, jusqu’à la météo du jour, certains facteurs, quels que soient nos efforts, resteront inchangés. Ce point de vue permet de relativiser l’influence que ces paramètres peuvent exercer sur notre vie.

 

4 – Refuser la soumission passive

A l’inverse, lorsqu’une situation n’est pas satisfaisante et mérite qu’on y prête attention, ayez le courage de vous exprimer et de faire ce qui est en votre pouvoir pour la résoudre. Il est certes moins fatiguant de se résigner en pensant qu’après tout, ce n’est pas si mal, mais cela ne contribuera en rien à trouver des solutions pour vous rendre plus heureux.

 

5 – Exprimer ses émotions

Plutôt que de râler dans son coin, ou dans le dos du principal intéressé, et si vous alliez voir la personne concernée pour lui faire savoir ce que vous ressentez ? Cela témoigne de bonnes compétences relationnelles, qui ont une part importante dans le bonheur au travail. Mettre des mots sur ses émotions permet également de moins se laisser envahir par celles-ci. Un échange constructif aura nettement plus de chances de faire avancer la situation que des reproches formulés auprès de vos amis, qui au mieux vous plaindront, et au pire perdront patience.

 

La responsabilisation est un véritable booster de confiance en soi qui mène à l’action concrète, pour aller vers des états plus positifs. Prendre les situations du quotidien sous ce nouvel angle vous permettra de les gérer avec beaucoup plus de sérénité.

 

A lire également :

Pourquoi rater est important dans dans son parcours professionnel !

Le chemin est plus important que le but qu’on s’est fixé

Le syndrome de l’imposteur : vous connaissez ?

4 règles pour sortir du syndrome de l’imposteur !