Le 29 novembre à l’Ucly, l’Université Catholique de Lyon, a eu lieu la 3ème Nuit de L’Entreprise Positive organisé par le Groupe APICIL. L’Elan des Talents était présent pour assister à une discussion en petit comité avec l’auteur et psychologue Ilios Kotsou sur les émotions, un facteur essentiel de communication. Focus sur une rencontre passionnante à propos de l’Intelligence Émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle : définition et exemples

C’est la capacité à exprimer et à comprendre ses émotions ainsi que celles des autres.

On classe souvent les émotions en deux catégories : les bonnes et les mauvaises. La tristesse, la colère, la peur font partie de celles que l’on évite ou que l’on refoule : je n’aime pas et je ne sais pas gérer donc je les repousse.

Or, toute émotion est utile car c’est une information  sur nos besoins et sur nos valeurs. Elle nous indique une direction de vie en lien direct avec ce que nous sommes au moment où nous les analysons.

C’est pour cela qu’il est essentiel d’avoir une relation apaisée voire amicale avec toutes nos émotions, y compris avec celles qui nous dérangent comme la colère et la tristesse. Quand je suis en lutte contre mes sentiments ou que je mets une chape, cela demande une dose importante d’énergie. Notre travail au quotidien , que ce soit dans nos relations professionnelles ou personnelles, est d’essayer d’apprivoiser nos états d’âmes, sans lutter contre.

L’intelligence émotionnelle induit de travailler l’impact de nos émotions sur nous-même. Il faut de façon pragmatique apprendre à « faire avec ». Le constat est le même pour le stress, pour le vivre sans trauma, il faut l’accepter, ne pas le nier.

Le conseil d’Ilios Kotsou pour être ne pas subir son propre état émotionnel : ne pas trop en vivre, ni en être esclave et ne pas réprimer ses émotions.

L’émotion le lien avec les autres

Émotions et santé sont liées ! Ce sont des indicateurs de notre bien-être intérieur. Ne pas les écouter reviendrait à ne pas écouter sa boussole. Ce sont de véritables marqueurs somatiques.

L’expérience d’émotions négatives sur une période très longue détériore notre santé. Notre seuil de tolérance baisse. Les chercheurs ont prouvé que lorsqu’on se coupe de ses émotions, on a une vie plus courte. De plus, on est susceptible de développer davantage de maladies psychosomatiques.

Sans émotion, le lien avec les autres est plus pauvre ! Imaginez une réunion de famille où vous revoyez après plusieurs mois un membre de votre famille. Ce dernier n’évoque que les embouteillages ou la météo. Vous serez déçu par cet échange car vous auriez sans doute apprécié qu’il vous exprime la joie de vous retrouver.

Les émotions sont le siège de l’expérience et de la prise de décision. On réfléchit et choisit d’agir selon notre ressenti. […]. La mémoire de travail au court terme, cela ne fonctionne pas ! Un leader ne peut pas prendre de décision s’il ne reconnaît pas ses émotions.

Ilios Kotsou

Auteur et psychologue

 

Etre à l’écoute de ses émotions pour bien décider en entreprise

Au sein de l’entreprise, les émotions ont leur place. Pour les collaborateurs comme pour les managers.

Pour Ilios Kotsou, elles sont le siège de l’expérience et de la prise de décision. On réfléchit et choisit d’agir selon notre ressenti. De manière inconsciente, on recherche une expérience de la vie qui nous renseignerait sur le moment présent afin d’agir en analogie. La mémoire de travail au court terme, cela ne fonctionne pas ! Un leader ne peut pas prendre de décision s’il ne reconnaît pas ses émotions.

L’émotion est une ressource pour le dirigeant. Elle permet de ne pas prendre de décision de façon automatique ou « à chaud ». Elle replace les priorités et donne du sens. Pour l’essentiel, identifier ses sentiments aiderait également à prendre la bonne décision, celle qui est en phase avec nos besoins et nos valeurs. Un gage d’authenticité

Et l’authenticité, c’est être présent dans l’instant, sinon on perd en force.

 

Eloge de la lucidité par Ilios Kotsou – Préface de Christophe André aux Editions Marabout

 

Crédit photo : Pixabay

A lire également :

Le syndrome de l’imposteur : vous connaissez ?
Pourquoi rater est important dans dans son parcours professionnel !
Le pouvoir de la responsabilité
Le chemin est plus important que le but qu’on s’est fixé