« Échouer pour mieux rebondir » : les américains l’ont bien compris, et si cette mentalité commence à s’exporter en France, la plupart des entrepreneurs fuit encore l’échec comme la peste. Que vous décidiez de tout quitter pour changer de vie ou de prendre une décision un peu difficile, la peur de l’échec peut vous empêcher de passer à l’action. Certes, l’échec est toujours difficile à digérer, mais il peut être considéré comme une chance.

Une occasion de se réinventer

L’échec est l’occasion de remettre ses choix en question. Et la remise en question ne peut être que quelque chose de sain. Elle ouvre ainsi la voie au changement, à de nouvelles possibilités.

Vous avez fait un choix et celui-ci ne s’est pas avéré être le bon. Soit. Plutôt que de déplorer cet échec indéfiniment ou de vouloir tout abandonner, posez-vous les bonnes questions. A quoi cet échec peut-il être dû ? Avez-vous pris en considération tous les facteurs nécessaires ? Que pourriez-vous améliorer pour que la prochaine fois soit la bonne ? N’hésitez pas à solliciter un regard extérieur : l’analyse de ses erreurs est plus facile quand on multiplie les points de vue.

Oser se lancer !

Derrière chaque réussite, il y a une prise de risque, une acceptation quant à la possibilité d’échouer. L’échec permet d’enrichir son expérience, de gagner en maturité et de développer sa confiance en soi, si on l’envisage ses aspects positifs.

En tant que TNS, se lancer implique de sortir de sa zone de confort pour atteindre un nouvel objectif. Les chances de faire des erreurs sont fortes, mais heureusement, l’aventure ne s’arrête pas à la première chute. L’important, c’est de savoir se relever !

En quelques mots, lancez-vous ! N’ayez pas peur de l’échec : celui-ci doit être source de motivation pour aller encore plus loin. Faites confiance à votre instinct, c’est lui qui sait avant tout si vous êtes sur la bonne voie. Au pire, vous vous plantez et vous recommencez. Et au mieux, vous réussirez !

 

Crédit photo : Unsplash

A lire également :

Le pouvoir de la responsabilité

Le syndrome de l’imposteur : vous connaissez ?

Le chemin est plus important que le but qu’on s’est fixé

Affirmer ses qualités est-ce un défaut ?