Le Shadow Comex, littéralement : « comité exécutif de l’ombre », est un concept de plus en plus populaire au sein des grands groupes. Cette initiative consiste à laisser la parole aux jeunes cadres pour insuffler des décisions innovantes concernant la stratégie de l’entreprise.

Le Shadow Comex intervient en amont ou à la suite du comité exécutif traditionnel, pour soumettre des propositions créatives et disruptives à ce dernier. Ils sont généralement composés d’étudiants, de jeunes cadres, hommes et femmes, représentatifs de tous les métiers de l’entreprise. L’objectif de ces comités miroirs : apporter un regard critique sur la vision stratégique de l’entreprise, par des échanges francs et directs, et apporter des solutions innovantes à mettre en place pour challenger les codes établis.

 

La tendance sort de l’ombre dans les grands groupes

Le Groupe Accorhotels a ainsi mis en place un Shadow Comex composé de 13 jeunes cadres de moins de 35 ans, afin de répondre au bouleversement du secteur hôtelier par des acteurs comme Booking ou encore Airbnb. Cette tendance n’épargne aucun secteur : les assurances et les banques développent des comités jeunes et autres think tanks pour dépoussiérer leur activité, à l’exemple de la Société Générale, dont le « Why Lab » a pour but de questionner la finalité de chaque projet.

Ces organes n’ont cependant qu’une portée consultative, et n’entendent pas remettre en cause la hiérarchie ou le pouvoir décisionnel de l’entreprise. Très prisés des grands groupes, ils poursuivent 3 objectifs principaux :

  • Apporter un éclairage aux dirigeants sur les nouveaux usages et les mutations à venir ;
  • Apporter un regard nouveau sur les orientations stratégiques de l’entreprise et offrir leur vision de digital natives en matière d’expérience client ;
  • Se montrer force de proposition pour porter des projets innovants en externe, mais aussi en interne.

Les Millennials au cœur de la transformation des entreprises

Les entreprises réalisent en effet que les start-ups innovantes qui menacent leur activité sont majoritairement créées par des jeunes de moins de 35 ans. Ces comités poursuivent également la volonté de répondre aux besoins des Millennials : quête de sens, désir de se sentir impliqué dans la prise de décision, recherche de responsabilités… Pour retenir ces jeunes talents, il devient urgent pour les entreprises de correspondre aux aspirations d’une population qui devrait représenter 75% des actifs d’ici 2025.

Une initiative risquée

Ce dispositif a ses limites. D’une part, il faut s’assurer que l’initiative est réellement prise au sérieux, et qu’elle ne constitue pas seulement un coup de communication de l’entreprise visant à redorer son image auprès des jeunes. Et même sous de bonnes intentions, ce projet peut avoir un effet contre-productif : plutôt que d’intégrer les jeunes au comité exécutif traditionnel, la création d’un comex dédié présente le risque de les isoler davantage.

D’autre part, cette notion de Shadow Comex est parfois mal acceptée par les plus de 35 ans, qui considèrent que leur expérience n’est pas assez reconnue et se sentent mis à part dans la prise de décision.

 

Les dirigeants doivent donc veiller à maintenir une synergie intergénérationnelle dans leur entreprise, pour augmenter leur capacité d’innovation. Confronter les visions plutôt que les séparer : voilà une stratégie gagnante pour multiplier les idées novatrices.

 

Crédit photo : Pixabay

A lire également :

Classement glassdoor 2018 : les entreprises où il fait bon travailler

Quelles sont les clés du bien être au travail ?

L’IBET ou Indice de Bien-Etre au Travail.. vous connaissez ?

Bureau assis debout : pourquoi l’adopter ?