Le 9 octobre prochain débute la Semaine de la Qualité de Vie au Travail dans toute la France.

Organisé par l’Anact, cet événement propose des conférences, formations et ateliers sur le thème du bien-être au travail. Les managers oublient parfois qu’il est un puissant levier de productivité pour leur équipe.

On considère qu’un management de qualité permet d’améliorer le climat au sein de son entreprise tout en conciliant la performance économique.

Eclairage sur cette notion.

C’est la semaine de la Qualité de Vie au Travail !

C’est tout l’enjeu de cette semaine. Allier la bonne santé de l’entreprise avec des salariés qui vont bien.

Un pari d’aujourd’hui et de demain pour lequel l’Anact (l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) propose d’accompagner les managers vers un management de qualité.

A croire qu’en France l’urgence se fait sentir !

Nous sommes en dessous de la moyenne selon le 11ème baromètre Endered-Ipsos sur la motivation et le bien-être au travail. Loin derrière l’Inde, les Etats-Unis ou même nos voisins Allemands.

L’épanouissement, une simple variable d’ajustement alors ?

Des attentes très fortes concernant les politiques RH sur la QVT

A partir du 9 octobre, on parlera de mieux travailler dans toute la France et à tous les niveaux de l’entreprise !

Il s’agit s’associer davantage le salarié aux décisions car plus il est partie prenante, plus l’entreprise devient riche en idées et en projet.

Une recette qui fonctionne toujours quelle que soit la taille de l’entreprise.

Des pratiques managériales moins descendantes, des managers plus à l’écoute, en soutien des équipes et surtout avec plus d’agilité dans la prise de décision, comme avec la méthode Kaizen.

Voici des mesures concrètes dont on parlera à l’Anact.

Durant cette semaine, il s’agira de formations avec un Livre Blanc qui sera proposé sur le sujet mais aussi des expérimentations dédiée à la Qualité de Vie au Travail.

Au-delà de la formation des managers, on parlera aussi de problématique purement RH avec la façon dont on recrute, dont on intègre et comment on appuie les managers au quotidien dans cette démarche.

L’étude montre également que la perception d’une politique active influe positivement les parties prenantes.

Signes de reconnaissance et investissement dans la formation sont autant de signaux valides envoyés en direction équipes. Le sentiment d’appartenance au groupe permettrait également de maintenir la motivation à un bon niveau.

Alors, Mesdames et Messieurs les Directeurs des Ressources Humaines, êtes-vous prêts ?

Des Français moins bien au travail que les autres salariés

Il est vrai que, comme l’analyse Ipsos, les Français sont culturellement plus pessimistes que les autres salariés.

Plus de tendance à râler, plus de tendance à voir la moitié de verre vide plutôt que la moitié de verre plein… Vous vous reconnaissez ?

Alors plutôt une question de culture, le bien-être au travail ? Pas seulement.

Si demain, nous voulons que nos entreprises aillent mieux, il faut remettre le salarié au centre de nos préoccupations managériales et accompagner les managers vers des pratiques vertueuses.

A lire aussi :