Faire don à un association locale de l’expertise professionnelle d’un ou de plusieurs salariés durant leur temps de travail : en voilà une drôle d’idée ! Car si l’intérêt est évident pour l’organisme bénéficiaire, celui que peut y trouver l’entreprise saute nettement moins aux yeux. Et pourtant, il y a des bénéfices au pro bono. Explications.

Le mécénat au secours de la gestion RH

Nombreux sont les travailleurs qui souhaitent donner un sens à leur action, et qui quittent parfois une entreprise faute de pouvoir le faire. En leur donnant la possibilité de participer à un acte généreux envers une association, l’entreprise peut participer au bien-être du salarié et le fidéliser.

Cette activité a également pour intérêt de donner au salarié un nouveau cadre, de lui apporter une nouvelle expérience. Une démarche de développement personnel qui favorise l’ouverture, la créativité, la prise de recul face aux dossiers à traiter en interne. Un bénéfice dont l’employé et l’employeur profiteront sur le long terme.

Une entreprise peut également utiliser le mécénat comme un moyen d’occuper ses salariés dans le cadre d’un ralentissement de l’activité. Plutôt que de les voir tourner en rond et se renfermer face à cette situation parfois délicate, l’employeur peut tourner cet état de fait à son avantage et à celui de ses employés.

 

Un bénéfice d’image non négligeable

Le mécénat a également d’importantes vertus en matière d’image de l’entreprise qui la pratique. En interne, elle fédère les employés au sein d’une dynamique collective positive, développe le sentiment d’appartenance et la motivation du personnel. Il peut même être un facteur d’attrait dans le recrutement des futurs collaborateurs.

A l’externe, le mécénat permet de concrétiser les valeurs prônées par l’entreprise et d’en faire la preuve. Aujourd’hui, les discours ne suffisent plus et le rayonnement d’une entreprise n’est possible dans la durée que si cette dernière contribue à l’amélioration de son environnement écologique, social et culturel, nourrissant ainsi son image de valeurs positives. Un excellent ressort pour générer l’empathie des clients et permettre de se différencier par rapport à la concurrence.

Enfin, il existe des incitations fiscales au mécénat. Encadrée par une loi de 2003, dite loi Aillagon, ce dispositif permet aux entreprises de déduire de son Impôt sur les Sociétés 60 % des salaires chargés des collaborateurs missionnés, au prorata des heures effectuées pour le compte des structures d’intérêt général bénéficiaires.

 

Crédit photo : Pexels

A lire également :

Le management 3.0 ou comment être heureux au travail

Managers : comment apprendre à bien communiquer ?

Le slow management, tout doucement vers le bien être au travail

Managers et dirigeants : les 5 résolutions à adopter en 2018