Les recruteurs, qui utilisent de plus en plus les outils digitaux dans leur démarche, valorisent avant tout le savoir-être des candidats. C’est ce que montre l’enquête de RégionsJob, spécialiste français du recrutement, menée auprès de 324 responsables RH d’entreprises ayant recruté cette année.

Les RH se mettent aux outils digitaux

La tendance à la digitalisation du recrutement se confirme. Parmi les outils les plus utilisés, les sites d’offres d’emploi trouvent ainsi une place de choix : 91% des recruteurs utilisent ces plateformes pour trouver le candidat idéal. Elles sont notamment appréciées car elles permettent l’accès à une large CVthèque et offrent de la visibilité à la marque employeur, notamment grâce à la publication de contenus éditoriaux.

Les services publics de l’emploi (l’APEC et Pôle emploi) font également partie intégrante des usages des recruteurs à 77%, suivis par les candidatures spontanées (73%), le réseau (71%) et les médias sociaux (70%).

D’autre part, 81% des entreprises possèdent un site carrière, un canal qui voit progressivement augmenter son usage par les candidats. Ceux-ci y trouvent en effet des contenus variés, comme des photos d’équipe ou des témoignages, qui leur permettent davantage de se projeter dans l’entreprise.

On assiste enfin à une transition notable concernant les moyens digitaux de recrutement, notamment un recours croissant aux réseaux sociaux de la part des RH (70% en 2017 contre 56% en 2014). Ces outils leur servent principalement à communiquer sur les offres d’emploi existantes et à travailler leur marque employeur. Côté candidat, si les réseaux sociaux sont assez peu utilisés pour postuler directement, ils sont appréciés par 83% des candidats pour se renseigner sur la culture de l’entreprise.

Si les usages se digitalisent, le CV traditionnel reste le support privilégié par les recruteurs. Mais celui-ci doit être efficace dès le premier regard, puisque 39% des recruteurs déclarent consacrer uniquement 15 à 30 secondes à sa lecture. Les défauts à proscrire : un CV mal organisé (70%) et truffé de fautes d’orthographe (66%). A l’inverse, les expériences détaillées et les résultats chiffrés sont particulièrement valorisés (84%).

En cas de difficultés à trouver le profil parfait, 55% des recruteurs se disent d’ailleurs prêts à faire preuve de flexibilité sur le diplôme ou le niveau d’études du candidat, tandis que 20% d’entre eux transigeront sur les années d’expérience.

La personnalité, premier critère de choix des candidats

Un fait surprenant révélé par cette enquête concerne l’évolution des qualités recherchées chez un futur collaborateur. L’étude montre en effet que le critère numéro 1 pour 82% des recruteurs se porte sur la personnalité et le savoir-être du candidat, avant même son expérience et son parcours (78%) !

Les RH privilégient donc une personne avec qui il est agréable de travailler, plus apte à s’intégrer et à communiquer avec les autres. Des qualités moins susceptibles de s’acquérir sur le terrain, contrairement à l’expérience. Ainsi, la personnalité est un critère prédominant pour 80% des recruteurs, devant la motivation et le dynamisme.

En cas de difficultés à trouver le profil parfait, 55% des recruteurs se disent d’ailleurs prêts à faire preuve de flexibilité sur le diplôme ou le niveau d’études du candidat, tandis que 20% d’entre eux transigeront sur les années d’expérience.

Les pratiques de recrutement sont en constante évolution, de même que les usages des candidats. Des usages qui se bousculent avec l’arrivée des nouvelles générations d’actifs : la tendance à l’inbound recruiting et la notion de marque employeur prennent une importance prédominante dans une démarche de recrutement des jeunes talents.

 

Crédit photo : Pixabay

A lire également :

Comment recrute-t-on un cadre en 2017 ?

Le recrutement 3.0 : Quand Google fait appel au machine learning

Rémunération des cadres : mieux payer pour mieux recruter ?