Les travailleurs non-salariés (TNS) ou indépendants représentent environ 10% de la population active en France. Derrière ce mode de travail indépendant, on retrouve de nombreux corps de métier comme les médecins libéraux, les avocats, les auto-entrepreneurs, les commerçants etc… Contrairement aux professionnels salariés, les indépendants ne sont pas encadrés face à la question de la retraite, et cela peut être pénalisant.

Comment fonctionne la retraite des indépendants ? Quelles sont les possibilités pour compléter sa retraite de base ? Voici quelques éclaircissements et conseils.

 

Comment fonctionne la retraite des indépendants ?

 

Jusqu’au 1er janvier 2018, la protection sociale des indépendants, était gérée par une caisse sociale dédiée, le RSI. Depuis cette date, la retraite et la protection sociale des travailleurs non-salariés sont prises en charge par le régime général de la Sécurité Social. Indépendants et salariés ont donc désormais affaire à la même entité.

La retraite des indépendants peut-être débloquée une fois le nombre de trimestres travaillés atteint. Contrairement aux salariés, les trimestres des indépendants sont validés en fonction du chiffre d’affaires réalisé, et non des heures travaillées. Le montant de cette retraite est également calculé selon des critères de revenus, car les cotisations au régime de retraite de base sont intégrées dans les cotisations sociales mensuelles ou trimestrielles.

Bon à savoir : le taux de remplacement des indépendants est en moyenne de 40% contre 60% pour les salariés. Il est donc particulièrement utile et nécessaire de venir compléter le montant de la retraite des indépendants, grâce à un plan de capitalisation personnel.

 

Le contrat Madelin pour compléter sa retraite

 

Le contrat Madelin a été créé en 1997 pour faciliter l’accès à une retraite complémentaire pour les indépendants. Il permet d’améliorer le régime fiscal de la protection sociale des travailleurs non-salariés, en l’approchant au maximum de celui des professionnels salariés.

Concrètement, le contrat Madelin permet d’obtenir une rente de retraite complémentaire pour les TNS, en contrepartie de versements réguliers et encadrés. L’avantage de ce dispositif est que les versements effectués sont partiellement déductibles du bénéfice imposable du travailleur indépendant. Cela lui offre donc plus de souplesse pour compléter sa retraite.

Le contrat Madelin présente également deux contraintes à prendre en compte. D’une part, la régularité dans les versements est formellement obligatoire. Si une cotisation annuelle n’est pas honorée en temps voulus, l’état se garde le droit de prélever des pénalités. D’autre part, les fonds versés sur le contrat Madelin sont gelés jusqu’à la fin de vie active du travailleur indépendant. Cela peut donc représenter un inconvénient pour les professionnels ayant de faibles revenus, ou étant en situation précaire.

 

Le plan d’épargne retraite populaire (PERP)

 

Exactement au même titre qu’un salarié ou qu’un demandeur d’emploi, un travailleur non salarié peut souscrire à un plan d’épargne retraite populaire (PERP). De nombreux organismes privés, comme des banques ou assurances, proposent des plans d’épargne retraite plus ou moins avantageux. Cela permet de bénéficier très simplement de revenus complémentaires au moment du départ en retraite.

Les PERP permettent parfois une plus grande souplesse que le contrat Madelin dans le versement des cotisations retraite. Il est possible de moduler le montant de ses cotisations en fonction des revenus réels du cotisant. Cependant, à l’instar du contrat Madelin, les fonds du plan d’épargne retraite ne sont disponibles qu’à la fin de la vie active du professionnel.

L’assurance vie

 

Pour préparer la retraite des indépendants, l’assurance vie s’avère être un dispositif avantageux. Tout comme le plan d’épargne retraite, une assurance vie peut être souscrite par des indépendants, au même titre que des salariés.

L’avantage principal de l’assurance vie pour les indépendants est que les fonds qui y sont versés, reste accessible à tout moment en cas de besoin. Une fois arrivé au moment de la retraite, il est donc possible de récupérer les sommes placées pour compléter sa retraite obligatoire.

L’assurance vie présente également un autre avantage pour les TNS, car elle permet d’effectuer des versements libres. Aucune somme définie n’est attendue de façon régulière, il est tout à fait possible de verser une somme conséquente, puis de ne rien verser pendant quelque temps. L’inconvénient de cette solution est tout de même que le rendement est moins important que sur un plan d’épargne. De plus, pour les personnes moins rigoureuses au niveau des finances, l’absence d’encadrement des versements peut être un frein au bon fonctionnement de ce dispositif.

 

La cession de l’entreprise

 

Pour les chefs d’entreprise, la cession de la société au moment du départ en retraite peut être un moyen d’obtenir un capital complémentaire. Cette démarche ne doit pas être prise à la légère et il est nécessaire d’anticiper cette cession pour en tirer un capital adapté et intéressant.

Pour préparer une cession d’entreprise, il est possible d’effectuer une étude approfondie sur la santé financière de l’entreprise pour en estimer sa valeur. Il faudra observer son bilan comptable, son capital humain, son activité…

Bon à savoir : en cas de revente d’une entreprise au moment d’un départ en retraite, la plus-value réalisée se voit être exonérée de taxes, en cas d’appréciation de la valeur de l’entreprise entre son achat et sa revente.

 

Liens utiles pour la retraite des indépendants

 

Pour connaitre précisément ses droits et obligations en termes de protection sociale : www.secu-independants.fr

Pour comparer les différentes assurances-vie et plan d’épargne retraite : www.retraite.com

Pour comprendre l’aspect législatif de la retraite des indépendants : www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F33841

Nous espérons que cet article et ces liens utiles vous permettront d’y voir plus clair sur la retraite des indépendants. Mieux vaut anticiper le plus tôt possible pour ne pas se retrouver en difficulté le moment venu.

A lire aussi :

Dirigeants : 5 arguments pour convaincre vos salariés d’ouvrir un compte d’épargne retraite

Comment parler de l’épargne retraite à ses salariés ?

6 chiffres clés sur les français et le travail de demain