Les derniers chiffres de l’Assurance Maladie révèlent une nette baisse des maladies professionnelles grâce aux actions de prévention mises en place par les entreprises, mais une hausse significative des affections psychiques d’origine professionnelle. Les efforts sont donc à poursuivre ! Toute entreprise doit légalement veiller à la santé de ses collaborateurs et leur proposer une couverture santé collective. Mais il est également important de s’assurer au quotidien de leurs bonnes conditions de travail et de les préserver du stress.

Quelles sont les bonnes pratiques santé à adopter ? A quels freins les entreprises doivent-elles se préparer ?

Améliorer le bien-être au travail : le point sur les bonnes pratiques

Un espace adapté

La perception de l’espace de travail au sein des entreprises a beaucoup évolué ces dernières années. Nous avons vu apparaître les open space, l’espace de coworking, les espaces de détente, etc. Les besoins peuvent beaucoup évoluer selon l’entreprise et les collaborateurs. Il n’y a pas de règles d’or, l’important est d’offrir aux collaborateurs des espaces fonctionnels, où ils peuvent faire leur travail, laisser parler leur créativité et où ils se sentent bien. Il est important de solliciter les équipes avant chaque changement. Certains collaborateurs peuvent en effet être perturbés par trop de nouveautés. Gardons en tête qu’il ne s’agit pas de suivre des modes mais de se concentrer sur les besoins et les attentes de chacun : tout le monde doit par exemple pouvoir s’isoler si le besoin se fait sentir.

Qui dit espace dit aussi mobilier adapté ! Chaque collaborateur doit avoir à sa disposition le matériel nécessaire et adapté à son bien-être et sa santé. On peut notamment citer les chaises ergonomiques ou les bureaux assis debout permettant entre autres de bien se positionner et de prévenir ou soulager les problèmes de dos très fréquents en entreprise.

Le sport

Le sport est excellent pour la santé, pour lutter contre le stress et pour booster sa motivation ! Il permet aussi de créer du lien entre les collaborateurs. Nous passons la plupart de notre journée au travail et manquons de temps une fois sortis pour avoir une pratique sportive régulière. Une entreprise peut très simplement inciter ses collaborateurs à faire du sport en installant par exemple des douches au sein des locaux, en proposant des pauses sportives sur les horaires de travail, en créant même des salles dédiées. Il est possible aussi de proposer des accessoires que les collaborateurs peuvent utiliser toute la journée pour pratiquer de l’exercice et se défouler.

Le droit de déconnecter

Le droit à la déconnexion est comme son nom l’indique un droit mais aussi un véritable besoin. Avec le développement du digital nous laissons difficilement les tracas du travail au bureau. Nous pouvons très facilement rester en permanence connectés à nos mails ou à nos dossiers et il est parfois difficile de résister. Pourtant, en ne se déconnectant pas, on peut très rapidement souffrir de trouble de sommeil, d’une véritable baisse de motivation et de stress, allant parfois jusqu’au burn-out. Il est primordial pour une entreprise de veiller au rythme de ses collaborateurs et de les prévenir des risques. Un salarié qui reste tard au travail ou répond à ses mails pendant ses heures de repos peut réellement souffrir de surmenage. Il peut également penser qu’il est dans l’obligation de dépasser ses horaires pour prouver sa motivation et défendre sa place dans l’entreprise.

Santé au travail : les freins

Malgré toute la bonne volonté des collaborateurs et des dirigeants il est parfois difficile de mettre en place de nouvelles actions santé. Pourquoi tant de freins ?

L’organisation en interne

L’un des principaux freins est tout simplement la peur de ne pas savoir par quoi commencer et comment s’y prendre. La santé au travail est un des sujets prioritaires des ressources humaines. Pourtant, les RH n’ont pas forcément les moyens humains ou les connaissances pour développer de nouvelles actions. Pour palier à ce problème, il existe des formations pour les accompagner dans cette aventure.

Les moyens financiers

Vous n’avez pas la possibilité de recruter un chief happiness officer ? Pas d’inquiétude, il existe beaucoup de solutions ne nécessitant aucune ou peu de dépenses de l’entreprise. Il est important de déterminer en amont le budget qui peut être alloué à ce genre de stratégie. Chaque entreprise peut tout à fait agir à la hauteur de ses propres moyens et construire de très belles choses ! Il peut notamment compter sur la mobilisation de ses collaborateurs.

Les espaces de travail

Les espaces disponibles ne sont parfois pas du tout adaptés à des aménagements tels de l’open space, les espaces de détente et le coworking. De nombreuses entreprises se trouvent freinées par des espaces limités, des bails en location où il n’est pas possible d’apporter des modifications, des contraintes de copropriété, d’espace, etc. Les entreprises doivent faire dans la mesure du possible. Elles peuvent aussi éventuellement se tourner vers le télétravail et les espaces extérieurs (il existe par exemple beaucoup de lieux de coworking).

La peur de l’inconnu et le manque d’intérêt

L’intérêt des collaborateurs pour ce genre d’initiatives peut beaucoup varier. Des collaborateurs peuvent voir d’un mauvais oeil ces changements et les percevoir comme superflus.  Un seul mot d’ordre : communiquer !

L’idée n’est pas de convaincre ou d’obliger tous les collaborateurs à adopter de nouvelles démarches santé. Il s’agit de leur montrer que l’entreprise est attentive à leur bien-être et à leur écoute pour trouver des solutions adaptées à chacun !

 

Articles en lien :

La réforme du 100% santé…100% expliquée

Notre étude santé et performance au travail avec l’EM Lyon

QVT 2018 : tout ce qui nous a rendu heureux au travail cette année