D’après le portail de la reconversion professionnelle, neuf français sur dix ont envie de changer de vie professionnelle ou l’ont déjà fait. La reconversion professionnelle est aujourd’hui un véritable sujet au sein des entreprises.

Si la plupart des actifs décident de quitter leur travail pour créer leur entreprise, certains souhaitent simplement s’orienter vers un tout autre métier. La reconversion professionnelle, si elle est bien conduite, constitue un véritable moteur de développement personnel et de très belles réussites en interne.

Accompagner ses collaborateurs dans cette démarche a des avantages pour une entreprise : elle valorise son image, motive et conserve ses collaborateurs dans la durée. Il existe un excellent pilier sur lequel s’appuyer pour des reconversions réussies : la formation professionnelle.

Comment s’y prendre ? On vous donne quelques pistes pour accompagner au mieux vos collaborateurs dans cette belle aventure grâce à la formation professionnelle !

La reconversion professionnelle au sein des entreprises

La reconversion professionnelle peut être envisagée dans de nombreux cas de figure et être de la volonté d’un collaborateur (envie de changer de poste, de développer ses compétences, etc.) ou une demande de l’entreprise (évolution des activités et des services, collaborateur démotivé, restriction de personnel, expatriation, etc.).

Quand se lancer ?

Pour accompagner au mieux un collaborateur dans un projet de reconversion, il faut avant toute chose définir avec lui le plus clairement possible son projet, sa situation, ses envies et voir s’il est possible de gérer cette reconversion en interne. Quand la situation est bien claire, un plan d’action peut être mis en place.

En cas d’expatriation

Une reconversion professionnelle peut être en lien avec une expatriation. Le départ des expatriés en France est un sujet sensible à prendre en considération. En effet, l’intégration professionnelle peut être difficile : connaissances et compétences non reconnues, sentiment d’incompréhension, etc. D’autre part, travailler à l’étranger peut comporter de réels bénéfices pour le salarié, mais pour le conjoint, quand il s’agit de s’adapter à un nouvel environnement et surtout de retrouver un travail, les choses se compliquent… Pour rassurer vos collaborateurs, vous pouvez leur proposer d’orienter leurs conjoints vers des métiers qui recrutent : professeur de français (demande très forte à l’étranger), coaching d’expatriés, etc.

Formations des salariés : ce qu’il faut retenir

La formation des salariés est une excellent pilier en cas de reconversion. Il existe des formations qualifiantes, des bilans de compétences mais aussi des formations de type coaching, notamment animées par des experts du changement. Derrière chaque réussite, il y a une prise de risque et d’échec ce qui peut générer beaucoup de stress et freiner le projet. Il est primordial que la personne qui se lance dans l’aventure perçoive l’éventuel échec comme un moyen d’enrichir son expérience, de gagner en maturité et de développer sa confiance en soi.

Formations professionnelles : les obligations des entreprises

L’employeur a des obligations légales envers ses salariés. Il doit :

  • “leur permettre de s’adapter à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi,
  • leur permettre d’occuper un nouvel emploi dans le cadre d’un reclassement,
  • assurer la formation d’un jeune en contrat d’insertion ou d’alternance,
  • appliquer l’accord ou la convention collective,
  • se conformer au contrat de travail s’il contient une obligation de formations”.

Sont également obligatoires les formations assurant la sécurité et la santé des salariés nouvellement embauchés, des salariés en CDD, des salariés changeant de poste de travail ou de technique, les salariés reprenant le travail après un arrêt de travail de plus de 21 jours et les salariés liés à un contrat de travail temporaire. Ces formations sont renforcées par une obligation de résultat.

L’employeur doit rémunérer ces heures de formation, considérées comme des heures de travail.

Quels droits pour les salariés ?

En cas de désir de formation, notamment dans le cadre d’une reconversion professionnelle, chaque salarié peut faire valoir son droit en :

  • un projet de transition professionnelle : il remplace le CIF (congé individuel de formation) et permet à chaque salarié souhaitant changer de métier ou de formation de financer tout ou en partie d’une formation certifiante en lien avec leur projet,
  • la mobilisation de son CPF (compte personnel de formation) pour tout salarié souhaitant suivre une formation qualifiante,
  • la validation des acquis de l’expérience pour tout salarié souhaitant acquérir une certification de qualification professionnelle ou un diplôme
  • la reconversion ou la promotion par alternance (anciennement période de professionnalisation),
  • l’entretien professionnel, très important et obligatoire pour chaque salarié tous les deux ans, il permet notamment de connaître les besoins en formation des collaborateurs et les possibilités d’évolution ou de reconversion en interne.

Il est fortement conseillé de diriger ses collaborateurs vers des métiers qui recrutent pour faciliter leur avenir professionnel.

Des événements autour de la reconversion et de la formation professionnelle ont lieu toute l’année au quatre coins de France, c’est une bonne solution pour en savoir d’avantage et connaître les solutions aujourd’hui proposées.

 

Articles en lien :

Formation professionnelle : ce que pensent les français

Formation professionnelle : un tremplin pour l’épanouissement des salariés ?

Formation professionnelle : le point sur un big bang assuré