Le dernier baromètre APEC marché de l’emploi des cadres sera porteur en 2017 à la faveur de l’embellie économique. Cette évolution salutaire concerne toutes les régions et tous les secteurs d’activité ce qui favorise le climat de confiance.

Dans ce 1er volet, on découvre que les cadres du digital et l’informatique sont les plus recherchés et que les bons candidats se font rares.

Quels sont les postes les plus recherchés ?

En 2017, le marché du recrutement des cadres s’annonce prometteur.

Par rapport à 2016, la croissance prévue serait de 10% dans le privé, soit près de 225 000 cadres en prévisionnel cette année.

Une dynamique haussière qui avait commencé en 2016 et se poursuit en 2017. La fin de l’année devrait annoncer un taux de recrutement record !

La bonne nouvelle est que toutes les régions sont impactées par cette bonne évolution !

Le marché des services est le 1er concerné, porté principalement par les télécommunications et l’informatique. Aussi, la moitié des recrutements seraient pour les cadres de l’informatique.

Puis viennent le commercial et les études R&D. Dans une moindre mesure, on retrouve aussi des demandes pour les cadres des fonctions RH.

Pour preuve de ce climat favorable, le nombre d’entreprises à avoir signé un contrat d’embauche au cours du 1er trimestre 2017 est en nette hausse : 59% vs. 55% l’an dernier. Mieux encore, les prévisions pour le 2ème trimestre restent stables.

Toujours très recherchés, les cadres commerciaux : plus de 4 entreprises sur 10 prévoient de recruter un cadre dans cette fonction.

En RH, les intentions de recrutement sont nettement en dessous avec 14%, soit 1 entreprise sur 10 et restent stables depuis le début d’année.

Des difficultés pour recruter … dans un pays sans plein-emploi !

Quelles sont les raisons pour lesquelles les recrutements en RH échappent à cette belle dynamique ?

D’abord, le volume de candidatures.

En effet, le nombre de candidats par poste a baissé depuis 2016. En moyenne pour un poste, 50 candidatures seront reçues contre 58. Une tension qui se confirme dans ces fonctions depuis 2016 tout en restant en deçà de ce qui est vécu ailleurs.

Ainsi, pour un poste diffusé sur apec.fr (tous cadres confondus), environ 40 candidats enverront leur CV. Sachant que parmi ces 40 propositions, la plupart ne rentreront pas dans les « cases »

En effet, d’autres difficultés surgissent pour le recruteur :

  • Le profil demandé est très particulier et par conséquent, les candidats sont rares
    • Une double compétence complexe est requise comme c’est le cas par exemple lorsqu’on a besoin d’un cadre expérimenté en ingénierie et formation
    • Le profil du poste est multiple avec une expérience demandée à la fois en paritarisme, réglementation et formation continue
  • Les candidatures reçues sont mal ciblées (ou le cahier des charges flou !)
    • Le cahier des charges n’est pas respecté et les candidats ne correspondent pas
    • Le niveau d’expérience est en-dessous de ce qui est demandé ou n’est pas en adéquation au besoin
  • L’attractivité de l’entreprise, de la région concernée ou du poste lui-même… voire les 3 à la fois est (très) faible
    • La région parisienne avec son marché très concurrentiel est très mal positionnée dans les souhaits des candidats
    • La région est excentrée comme les territoires en zone rurale ou mal desservie par les transports régionaux

Voici qui explique que le candidat de vos rêves n’a pas encore frappé à votre porte ou que le CV idéal n’a pas encore atteint votre boîte email ! La semaine prochaine, nous publierons un article sur la mobilité et son rôle clé dans l’exploitation des talents.