Tout le monde en a envie sans le faire vraiment et les entreprises qui travaillent en mode « slow » sont rares. Pourtant, l’envie de ralentir est une tendance ultra majoritaire en Europe.

Alors, tous prêts pour le « slow management«  ?

Les Français veulent retrouver le plaisir au bureau

Ipsos a réalisé une étude en mai 2011 et les résultats sont édifiants !

Près de 80% des Européens envisagent de freiner leur rythme de vie. Autant dire la grande majorité des actifs.

Qu’en est-il chez nous ? Les Français, avec le reste des pays Latins, sont les plus motivés mais aussi ceux qui arrivent le moins à adopter la « slow attitude », et de fait le slow management est peu répandu dans les entreprises françaises.

Ils sont les plus sensibles à la pression du temps et au stress mais on des difficultés à adopter de nouvelles méthodes de travail.

Est-ce que le slow management peut se développer en France ?

Pas vraiment… ou pas tout de suite !

L’organisation dans les entreprises françaises évoluent lentement. Rien à voir avec les Etats-Unis ou la Scandinavie qui n’hésitent pas à se lancer, quitte à se tromper. Adeptes du pas à pas, on a tout intérêt à y aller doucement.

Pourtant, les Français semblent prêts à changer ! En mai 2016, une étude Ipsos Game Changers a dressé un portrait des Français au travail. Le constat est clair : le changement fait de moins en moins peur.

Les Millenials, adaptables par essence, seront les plus enclins à préférer la flexibilité et la mobilité. Les femmes actives sont aussi moteur dans cette quête du mieux-être au travail car elles cumulent à leur journée de travail les tâches domestiques.

Prendre du temps pour soi et se concentrer sur les résultats

Etre heureux au travail signifie se concentrer sur l’instant présent et en profiter : « Carpe Diem ». Il s’agit de gérer son temps de travail pour améliorer sa qualité de vie.

Sans tout révolutionner au sein des équipes, il est possible de mettre en place 3 actions « slow management » toutes simples :

  1. S’autoriser des récréations: libérer des plages horaires dans sa semaine pour sortir une heure plus tôt, prendre une journée en télétravail pour éviter le stress de la circulation aux heures de pointe ou s’accorder une sieste au bureau (une toute petite !) peuvent remonter le moral des salariés et améliorer leur motivation
  2. Trouver le temps juste: tout faire, tout tester et tout voir n’est pas possible ! Renoncer à la perfection est un 1er pas vers le slow. Il s’agit de limiter le temps imparti à chaque tâche en se débarrassant du superflu.
  3. Mesurer sa réussite en résultats : comme Best Buy, adepte du ROWE (Result Only Work Environment), on se focalise sur les solutions apportées, pas sur votre gestion du travail. Moins de contrôle de votre temps de présence peuvent améliorer votre bien-être au travail. Un mode de management que les travailleurs indépendants connaissent bien.

 

A lire également :

Le management 3.0 ou comment être heureux au travail

A quel style de management appartenez-vous ?

Le mécénat de compétences, un vent de fraîcheur sur l’entreprise

Comment être un patron bienveillant ? Interview de Franck Dunière